Portrait de Clément Le Roux, ancien élève du Cours Florent à Paris
Portrait

Clément
Le Roux

Récemment breveté, Clément revient sur son parcours au Cours Florent et plus particulièrement sur son Travail de Fin d’Etudes (TFE), primé lors de la cérémonie 2023.

Campus Paris
Année 2023
anciens

"Le théâtre, ça m’est tombé dessus alors que je ne m’y attendais vraiment pas et c’est devenu juste … une obsession en fait !"

  • Quel était ton parcours avant le Cours Florent ?

J’ai 35 ans, je viens de Lille et j’ai vécu 12 ans sur Bruxelles pour faire des études d’architecture. 

J’ai fait aussi de la musique et pas mal d’événementiel … Le théâtre réunit pour moi toutes les choses que j’ai pu faire avant !

Mon arrivée à Florent, c’était un pur hasard ! je n’avais pas du tout anticipé de faire du théâtre. Je suis quelqu’un d’assez éclectique, j’ai toujours aimé faire et apprendre plusieurs choses à la fois et le théâtre permet ça.

  • As-tu été admis par un stage ou avec une audition, et quel souvenir en as-tu ?

On m’avait conseillé de faire le stage du Cours Florent parce que c’était sympa et je me suis laissé complètement embarquer. J’étais en stage cinéma avec Christine François et tout le monde en a gardé un très bon souvenir. On en ressort tous.tes complètement sonné.e.s. Il y a un côté très humain qui accentue la joie qu’on peut avoir de travailler au plateau. 

  • Quel a été ton parcours au sein du Cours Florent ? 

J’étais en théâtre dans la classe de Claire Boust en 1ère année, puis avec Jerzy Klesyk en 2ème année, où j’ai rencontré toute l’équipe de mon projet de fin d’études intitulé "Yvonne". 

Puis en troisième année, petit passage chez Olivier Tchang Tchong, Julian Eggerickx et Jean-Frédéric Lemoues. On retrouve la patte de tous ces enseignants dans notre travail finalement. Mes ateliers clowns et masques m’ont également beaucoup inspiré pour la mise en scène de cette pièce. 

  • Peux-tu me parler plus en détails de ton travail de fin d’études ? 

Avec l’équipe, on s’est tous rencontré en 2ème année et il y a une forte amitié qui s’est créée entre nous. Nous partagions tous l’envie de travailler ensemble et de monter un projet. Nous avons donc choisi cette pièce, Yvonne, sur laquelle la moitié d’entre nous avait déjà travaillé en cours. J’ai co-mis en scène la pièce avec ma camarade Chloé. Nous avions déjà développé un mécanisme de travail ensemble les années passées et ça fonctionnait très bien, alors on s’est lancés tous les deux. On a été très rigoureux dans le travail au plateau. Je pense d’ailleurs que si notre travail a été félicité par l’école et primé lors de la cérémonie des Jacques ce n’est pas parce qu’on était fort … mais surtout parce qu’on a beaucoup travaillé. 

  • Pourrais-tu me pitcher la pièce ?

C’est l’histoire d’une jeune fille muette qui est considérée comme laide et ingrate, qui va être fiancée de force à un prince. Sa simple présence dans la Cour révèlera et réveillera tous les monstres qui séjournent en chacun des membres de la famille. C’est un peu comme être face à un psy qui ne parle pas, finalement la parole s’enclenche chez le patient et ses traits ressortent. C’est alors qu’une certaine humanité sombre se déclare. Yvonne devient donc le bouc émissaire, la responsable d’une situation de crise. Et finalement, son sacrifice remettra de l’ordre à la fin de la pièce. 

  • Qu’est-ce que ton parcours au Cours Florent t’a apporté ?

Le théâtre, ça m’est tombé dessus alors que je ne m’y attendais vraiment pas et c’est devenu juste … une obsession en fait ! Ça répond à tant de besoin dans une vie… le besoin artistique d’abord, ça justifie presque tout ce qui nous arrive. Le travail de troupe comble aussi le besoin humain, au-delà de l’amitié. 

Cela me fait penser à la pièce "Le Nid de cendres" de Simon Falguières. Il y a un passage où le père abandonne son fils devant une roulotte de comédiens puis ils se recroisent plus tard. Le père demande alors au garçon, devenu adulte, si cela lui plait le théâtre. Il lui répond "ça me plait ? je ne dirai pas ça […] c’est au-delà, vous voyez, ça embrasse la vie, c’est tout mêlé, tout emmêlé avec la vie, et de plus en plus, il n’y a plus de frontières alors parfois c’est que du plaisir, parfois de la douleur, parfois de la haine, mais toujours de l’amour."

Voilà je trouve que cela résume bien. Ce n’est pas une histoire d’aimer ou d’apporter, ça recouvre tout et c’est partout. 

Crédit Photo : Suzanne Rault-Balet

Partager cet article

A lire aussi

Portrait de Thomas Billiouw, élève du Cours Florent Acting in English
Thomas Billiouw
Élève Cours Florent Paris

" Thomas Billiouw, ancien élève du cursus Acting in English,... "

Portrait de Annie-Flavie Testellin, élève du Cours Florent Acting in English à Paris
Annie-Flavie Testellin
Anciens Cours Florent Paris

" Découvrez Annie-Flavie Testellin, élève de quatrième... "

éodora Marcinkeviciutè, ancienne élève du cursus Acting in English admise à la Classe Libre Théâtre.
Téodora Marcinkeviciutè
Élève Cours Florent Paris

" A l’occasion de son admission à la Classe Libre... "