Portrait

Antoine Le Bellec

CAMPUS
Paris
ANNÉE
2017
PROFIL
élève

Le travail c’est la clef. 

J’ai grandi dans le Finistère Sud, près de Quimper. Peu de temps après l’obtention de mon baccalauréat, je passe un casting pour un film franco-italien. N’ayant pas les moyens financiers d’aller à Lyon, je passe le casting via l’application Skype et je décroche le premier rôle. Je me suis rendu sur les lieux de tournage, quelques semaines avant, afin de maîtriser la langue. L’expérience de ma vie. J’ai tout de suite su que je voulais faire ce métier. Lorsque je suis rentré en France, je me suis inscrit à un stage au Cours Florent

En première année, c’était l’année de la découverte. Nouvelle ville, nouvelle école. J’ai appris toutes les bases du théâtre, rencontré des personnes extraordinaires qui sont devenus des amis avec qui je travaille aujourd’hui. Pratiquer les enseignements spécialisés (diction, corps en jeu, chant…) proposés à l’école, n’a fait qu’enrichir et compléter ma formation. 

En deuxième année, je me suis investie corps et âme dans le travail. On passe à un rythme bien plus soutenu. L’échéance Parcours d’un rôle m’a permis de développer ma créativité et mon imaginaire, en m’épanouissant dans un travail sur le plateau beaucoup plus personnel.

La troisième année fonctionne par modules de trois à quatre mois. Au premier module, j’ai choisi de prendre deux classes, une le matin et une le soir. C’est un rythme intense mais c’est le pied ! Ensuite, arrive la classe préparatoire aux concours, et là on donne tout, on se surpasse ! C’est un grand moment de panique et de remise en question mais les amis sont là pour nous soutenir. On ne peut pas avancer seul. Le collectif avant tout. 

  • Quel conseil pourrais-tu donner à un futur élève du Cours Florent ?

Le travail c’est la clef. Je lui souhaite de vivre cette expérience à fond. De ne pas compter les heures, de s’engager, de faire de belles rencontres, de créer, d’inventer et de réinventer. Je lui souhaite de parler du monde à travers son travail et son investissement. De défendre sa créativité et de savoir la partager. Il faut simplement le vivre, vivre cette expérience unique, cette expérience qui nous fait grandir entre les rires, les larmes, l’espoir, l’amitié et l’amour du théâtre. 

  • As-tu des projets en cours ou à venir ?

Je suis actuellement en classe préparatoire aux concours. En parallèle, je suis en répétition pour un spectacle qui se jouera en avril sur la Scène Nationale d’Annecy. Je suis également l’égérie d’une grande marque de voiture ce qui me permet de voyager comme en Amérique du Sud où se déroule le prochain tournage. Je joue dans une création au Festival d’Avignon au mois de juillet qui se rejouera à Paris en septembre. Et aussi dans une pièce adaptée de trois textes, Lorenzino de Medicis, qui est bien partie pour se jouer au Luxembourg en fin d’année sur la Scène Nationale. Enfin, je monte aussi mon TFE (Travail de Fin d'Etudes) Derniers remords d’une histoire d’amour, une adaptation de trois pièces de Jean-Luc Lagarce