Actualités

Brunhilde Attenelle et Christophe Grogna: élèves à Bruxelles

Brunhilde Attenelle et Christophe Grogna, élèves de l'école de théâtre à Bruxelles

Découvrez l'interview croisé de Brunhilde Attenelle et Christophe Grogna, deux élèves du Cours Florent Bruxelles.

  • Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Brunhilde : J’ai 19 ans, je suis élève en Deuxième année aux Cours Florent à Bruxelles. Je suis passionnée de théâtre car sur scène, je me sens terriblement en vie. 

Christophe : J’ai 24 ans et je viens de Tubize. Cela fait maintenant presque 6 ans que je vis à Bruxelles. Avant de me lancer dans le théâtre, j’ai fait 5 ans d’études à l’IHECS et j’en suis sorti avec un master en publicité et communication commerciales. J’ai toujours été quelqu’un de très sociable et blagueur. De manière générale, mes centres d’intérêts sont la vidéo, le sport, le cinéma, le théâtre et rire ! Je lis aussi pas mal d’articles sur l’espace et le cosmos, mais j’ai pas fait les bonnes études pour être astronaute !

  • D’où vient l’envie de laisser une place au théâtre dans vos vies ?

Christophe : J’ai toujours été intéressé par l’idée de se donner en spectacle. J’étais en option art pendant mes années de secondaire. J’avais quelques heures de théâtre et d’improvisation par semaine, j’adorais. Pendant mes études supérieures, je pitchais les campagnes publicitaires que nous créions. C’était déjà des petites pièces de théâtre car il fallait mettre en scène, écrire un texte créatif et jouer devant un jury. Par ailleurs, j’avais écrit et joué un petit stand up, mais je n’avais jamais envisagé la possibilité que ça puisse devenir plus sérieux et de faire de ma passion, mon métier. A mi-parcours de mes études, j’ai eu une grosse remise en question :  je ne me sentais pas concerné par la publicité ni par aucun autre métier « classique » ... Je me suis rendu compte que ce qui me faisait vibrer c’était de jouer, de créer et de faire ressentir des choses à un public. C’est à ce moment- là que j’ai pris la décision, avec l’aval de l’autorité parentale, de me lancer plus sérieusement dans le théâtre.

Brunhilde : J’aime les arts de la parole depuis longtemps. Pendant une année de réorientation, je me suis demandée ce qui me ferait vibrer. Je me suis inscrite dans une Académie et les cours ont fait résonner en moi quelque chose de différent. C’est réellement le seul domaine, la seule formation dans laquelle je me projette. Même si actuellement le contexte peut sembler décourageant, je sais que c’est ma voie et que je suis prête à tout pour que cela devienne mon avenir. 

Brunhilde : Grâce à sa renommée, le Cours Florent s’est imposé à moi comme une évidence et l’aspect familial du campus de Bruxelles m’a convaincue. J’ai tout de suite pensé que je m’y épanouirai.

Christophe : Je ne voulais pas me lancer à nouveau dans un cursus de 4 ou 5 ans. J’ai donc exclu les écoles comme l’INSAS, L’IAD… Après mes études, j’ai commencé à travailler à la RTBF. Il fallait que je trouve une formation compatible avec ma carrière médiatique. 

  • L’école a adapté son planning et son programme à la situation sanitaire en proposant des ateliers et cours en ligne ? Comment cela s’est-il articulé avec le travail de plateau ?

Brunhilde : Le travail en ligne et le plateau se sont parfaitement articulés. Nous sommes quand même très chanceux : nous étions 2 jours en présentiel, 1 jour en distancié. Les exercices sont évidemment différents mais n’en restent pas moins pertinents et enrichissants. 

Christophe : Le gros point positif, c’est que l’école ne nous a pas lâché.es. Là où, peut-être, d’autres étudiants auraient pu se sentir lésés, nous nous sommes (en tout cas pour ma part) vraiment sentis soutenus et accompagnés. Les alternatives qui nous ont été proposées nous ont permis de travailler en profondeur d’autres aspects du métier de comédien que nous n’aurions pas abordés.  Les ateliers d’écriture en ligne nous ont permis de découvrir différentes techniques. Nous avons travaillé des scènes avec une webcam en adaptant nos mises en scène. Nous avons pu travailler et retravailler des monologues filmés et assister à une multitude de conférences en ligne données par des professionnels.

Je pense que cela ne remplacera jamais le plateau et le plaisir qu’on a à jouer avec d’autres personnes et pour un public, mais ça nous aura permis de rester actifs et créatifs et de découvrir de nouvelles choses. Finalement, cette situation nous a fait découvrir de nouveaux outils.

  • Vous avez passé votre première échéance de Deuxième année fin Novembre : Monologue. Comment vous y êtes-vous préparé.es et comment cela s’est-il passé ?

Brunhilde : Le travail au plateau a repris avant l’échéance. J’ai donc pu travailler de vive voix avec Noémie Carcaud, ma chargée de cours. Nous avons abordé la maîtrise des émotions avec le texte comme appui et avons pu constater une belle évolution. 

Christophe : Nous avons d’abord choisi et étudié un monologue. Je me suis entraîné à pouvoir le réciter le plus vite possible et de la manière la plus neutre. Puis, nous avons eu l’occasion de le présenter une première fois à Noémie qui nous a fait ses remarques et nous avons retravaillé. De manière générale, il faut rester droit dans sa parole, ne pas jouer les mots et surtout « défendre son steak » ! Et puis est arrivé le jour J, l’échéance…

  • Comment organises-tu ton travail ?

Christophe : Nous sommes tous les deux dans la classe de 13h-16h. C’est assez pratique pour pouvoir répéter le matin avant le cours et parfois, l’après-midi en fonction des retours qu’on a pu avoir. Le mercredi et le vendredi sont les jours où il n’y a pas cours et donc les jours où je travaille. 

Brunhilde : Un planning bien organisé permet d’avoir des temps de pause et de relaxation entre les cours, les ateliers, les répétitions, mais aussi de pouvoir anticiper certains imprévus. 

Christophe : Comme je travaille dans les médias, j’ai la chance d’avoir des horaires flexibles et de pouvoir les adapter en fonction de mon travail. Et puis il y a le week-ends pour rattraper les éventuels retards. Sinon j’utilise mon temps libre pour lire et développer des projets personnels.

  • Ton projet professionnel entre la première et la deuxième année a-t-il évolué ?

Brunhilde : Le retour au plateau m’a fait un bien fou. J’aimerais m’épanouir davantage, travailler des personnages encore plus différents, hauts en couleurs, mais aussi développer certaines autres activités comme filmer ou tourner dans des courts-métrages ou en écrire. Enfin, foncer dans l’art vivant tête baissée et pourquoi pas filmer le spectacle vivant. 

Christophe : La Première année a été comme un round d’observation. Je me suis testé et je voulais voir si cela me convenait. Je suis toujours là ! Cette Deuxième année est plus particulière, plus professionnelle. On peut observer de gros progrès chez tout le monde, c’est vraiment motivant. Je compte bien utiliser cette année pour créer. J’ai pour projet d’écrire et de tester les scènes ouvertes de stand-up, dès la réouverture. J’ai pu développer des affinités qui me donnent envie d’écrire des scènes de théâtre, des scénarios ou des courts-métrages. 

J’ai un petit rôle dans une websérie: “OK Boomer”, que vous pourrez bientôt retrouver sur Audio ! Brunhilde aussi va jouer dedans !

  • Comment envisagez-vous la suite du Cursus ?

Brunhilde : J’ai hâte d’entrer dans cette deuxième année dont tout le monde parle ! Hâte de trouver mon cher et tendre Parcours d’un Rôle et de jouer dans une représentation publique en fin d’année (si la situation le permet). Les Modules de Troisième année, travailler avec différents metteur.es en scène, créer ou participer à un TFE... : Tout cela, je l’envisage avec beaucoup d’enthousiasme ! Et enfin j’aimerais  prendre mon envol et  partager ma passion. 

Christophe : Ça va charbonner ! Les ateliers proposés cette année ont l’air vraiment super. On revient déjà au plateau en présentiel. La classe est super. Je sens que les théâtres et les cinémas vont rouvrir, et j’ai du flair pour ces choses-là. Bref que du bonheur ! Et si jamais 2021 est aussi pourrie que 2020… I’ll look at the bright side !

Prochains stages à Bruxelles

Stage de théâtre de l'école d'acteur
Bruxelles

Tous les stages

Dans les locaux du Cours Florent Bruxelles
Toute l'année
Inscrivez-vous