Portrait

Yi Wang

CAMPUS
Paris
ANNÉE
2017
PROFIL
anciens

N'oublie pas qui tu es, n'oublie pas d'où tu viens (...) Grâce au singularité,  tu vas briller dans la foule !

Je suis né et j’ai grandit à Wenzhou, une ville du sud-est de la Chine. Dans mon adolescence, j’ai essayé beaucoup de choses hors de l'école : trois ans de peinture, deux ans d'atelier théâtre, deux ans de cours de présentateur télé, six mois de cours de chant et six mois de danse traditionnelle chinoise. Et petit à petit, j’ai réalisé que je voulais être un acteur ! 

Après mon bac, je suis allé à Pékin pour passer le concours de théâtre, et, par hasard, j’ai appris qu’une école chinoise coopèrait avec une école française - le Cours Florent - sur un projet international. Du coup, j’ai passé l’audition. Dans le jury, il y avait Jérôme Léguillier. Il m’a bouleversé et il a bouleversé ma vie. Dans la conversation, il m'a emmené dans un autre univers, et J'ai ressenti quelque chose que je ne connaissais pas mais qui, en même temps, me semblait très familière. C’est à partir de là, J'ai décidé d'apprendre le français, et d’étudier en France, au Cours Florent.

Je me suis installé à Pékin pour rejoindre ce projet international, et j’ai ainsi rencontré Suzanne Marrot cette année-là. J’ai joué ma première pièce en français devant le public chinois, c’est Le Début De L'a de Rambert. Un an après, je suis parti pour le Cours Florent à Paris.

Je consacre ma jeunesse à la France, au Cours Florent. Et le Cours Florent m’a permis d'appendre mieux encore la langue française ! Je suis ravi de mon parcours dans l'école. Dans le stage d’accès, j’ai rencontré Cyril Anrep, il m’a fait comprendre l'importance de penser mon parcours dès le début. Et après, première année avec Julien Delbès qui m’a vraiment fait bosser la prononciation française. Cela m'a beaucoup aidé dans la suite de mon parcours. Et en deuxième année, Suzanne Marrot m’a donné le mot Oser ! Et en troisième année, c’est Félicien Juttner. Je lui ai posé beaucoup de questions et il m’a fait comprendre beaucoup de choses : Connaître son ignorance est la meilleure part de la connaissance. J’ai aussi travaillé avec Julie Brochen. J’ai ressenti une flamme silencieuse chez elle et elle a une autre compréhension de la vie. Erwan Daouphars, lui, m’a montré l’organisation de la mise en scène.

  • Quel conseil pourrais-tu donner à un futur élève étranger du Cours Florent ?

Le Cours Florent est une école internationale. Il y a beaucoup d'étudiants étrangers, venant du monde entier. Tu vas rencontrer beaucoup de gens et tu vas découvrir beaucoup de cultures différentes ici : c’est très chouette. Tu devras garder l’esprit ouvert pour tout, mais sans jamais oublier qui tu es et d'où tu viens. Ta souche pourrait être ton singularité et c'est grâce à ta singularité que tu vas briller dans la foule! 

  • Quels sont tes projets en cours ou à venir ?

Là, je suis en prèmière année de l’ESAD, l’Ecole Supérieure d'Art Dramatique de Paris. J’ai encore trois ans d’études théâtrales ! Et je suis content !