Portrait

Margaux Otheguy

CAMPUS
Paris
ANNÉE
PROFIL
élève

On a la chance de rencontrer une multitude d’individus du milieu, de jouer dans de vraies grandes salles, de s’entraîner et d’enregistrer dans des studios professionnels. On a tout sur un plateau, il faut juste savoir s’en servir.

J’ai eu mon bac l’année dernière. Je chante depuis que je suis petite, fais de la guitare depuis l’âge de 10 ans, ai fait de la trompette, du ukulélé, du piano, j’ai eu plusieurs groupes de rock. Ces expériences de groupe m’on fait me rendre compte que musicalement j’étais faite pour être toute seule. J’ai aussi fait de la comédie musicale et beaucoup de danse contemporaine, et cela m’a donné le goût d’être sur scène, de bouger, d’être à l’aise.

  • Pourquoi avoir choisi de rejoindre l'école de musique du Cours Florent ?

En visitant par hasard un forum sur les études supérieures, j’ai découvert l’existence de la formation Cours Florent Musique, c’était un coup de cœur, je me suis immédiatement inscrite à l'école dès la rentrée suivant mon bac. J’apprends vraiment ici des notions que j’ignorais, le fonctionnement du son, des notes, de la voix, pour lesquelles je ne m’étais jamais posé la question en pratiquant. J’apprends l’importance de l’interprétation et c’est le cours que j’ai préféré cette année tellement il m’a apporté. En bilan de cette année je commence un peu à me trouver, trouver mon style musical.

  • Quels sont pour toi les points forts de la formation de musique du Cours Florent ?

C’est une formation touche-à-tout, elle élargit notre champ de vision par rapport au grand domaine qu’est la musique en nous montrant le maximum de catégories qu’il renferme, ainsi j’ai découvert beaucoup de métiers et disciplines. On a la chance de rencontrer une multitude d’individus du milieu, de jouer dans de vraies grandes salles, de s’entraîner et d’enregistrer dans des studios professionnels. On a tout sur un plateau, il faut juste savoir s’en servir. L’année prochaine je poursuis en me spécialisant dans la composition.

  • Quels sont tes projets parallèles ?

J’en ai deux, un où je suis toute seule dans une tonalité reggae puisque c’est le style vers lequel je me suis naturellement orientée cette année, avec j’espère une sortie de disque bientôt. Et l’autre projet n’a rien à voir puisque c’est dans le cadre d’une association, Paris-Almeria, qui aide les artistes franco-espagnols dans leur projet, le but étant de mélanger ensemble les cultures musicales espagnoles et françaises. Je suis la touche française de celui-ci, j’ai la liberté d’écrire les textes en français et c’est une expérience riche aux niveaux culturel et humain. Nous ferons quatre dates en Andalousie début août et le premier concert parisien aura lieu le 27 septembre au Lou Pascalou.