Portrait

Loïc Labaste

Loic Labaste Cours Florent
CAMPUS
Bordeaux
ANNÉE
2019
PROFIL

Portrait de Loïc Labaste, élève acteur du Cours Florent Bordeaux.

  • Quand est née ton envie de scène ?

Depuis toujours. Je suis monté sur les planches pour la première fois à 8 ans, je n’ai jamais arrêté depuis. Du fond de mes Landes natales, je me disais que je serai artiste. Aujourd’hui, j’ai 20 ans, je suis en 3ème année de Licence Théâtre et au Cours Florent de Bordeaux. 

J’ai fondé ma propre compagnie avec ma complice de promotion Capucine Derval. La Compagnie En Décalé qui me sers de tube à essais.  J’y mélange tous les arts du spectacle : danse, musique et théâtre évidemment. Je reprends d’ailleurs avec la compagnie, la pièce Bouge ton cube de Nadia Bourgeois, créée en 2015 à Bordeaux par Xavier Viton.

Tout m’attire, m’interpelle. Alors je teste, imagine, crée, détruis, recommence…

  • Tu as réalisé ton premier court-métrage, qui a aussitôt été remarqué. Cela t'as-t-il motivé pour la suite ? 

Mon premier court métrage était une adaptation du roman d’Albert Camus L’Etranger. Nous avons eu la chance qu’il soit distingué par le Prix Florent Image et sélectionné par la FEMIS de Paris (Ecole Nationale Supérieure des Métiers de l’Image et du Son).  Une première expérience qui m’a en effet boosté pour tenter à nouveau l’aventure de la réalisation.

Actuellement, je m’inspire des œuvres d’Agatha Christie en réalisant un long métrage : DIX (1h45). Sa sortie est prévue en décembre 2019.

Je travaille également à l’écriture d’un nouveau scénario original.  Un projet qui tourne autour de l’ambiguïté des sentiments, de l’amitié amoureuse et auquel j’aimerais donner une touche personnelle. Je m’inspire de ma propre expérience et de mes envies pour créer cette nouvelle intrigue… le tournage est prévu en 2020 pour cet opus qui mêlera culture espagnole, spectaculaire, danses…

  • Tu as signé ton premier contrat professionnel au théâtre ? Que ressens-tu ?

Je suis très heureux d’être à l’affiche de Même pas vrai de Nicolas Poiret et Sébastien Blanc, une comédie qui se joue au Théâtre des Salinières, tous les week-ends de janvier et février 2020.

L’année dernière avec la Compagnie Présence, j’ai adoré jouer Mercutio dans Roméo et Juliette au théâtre de la Pergola de Caudéran.  Je vais également interpréter Néron dans Britannicus. Je vois ça comme un challenge, toucher à la langue de Racine et se mettre en bouche les alexandrins, c’est impressionnant, mais je suis sûr que je vais adorer !

  • Quels enseignements tires-tu de ces premiers contacts avec différentes compagnies ?

Jouer avec différentes compagnies est une expérience humaine extraordinaire. De même, le partage avec toute une équipe est très enrichissant, que ça soit hors ou sur le plateau.

J’ai également rejoint la Compagnie des 11%, exclusivement composée d’élèves de 3ème année du Cours Florent de Bordeaux. Ensemble, nous préparons une pièce d’extérieur : ADN de Denis Kelly. Une pièce forte autour d’un sujet d’actualité puisqu’il évoque le problème douloureux du harcèlement scolaire.  On est aussi là pour transmettre des messages tout en partant de nous, de notre vécu…c’est ça que j’aime dans le théâtre. Un soir, tu peux faire rire les gens avec un pur divertissement qui les emmènent ailleurs, ou tu les fais réfléchir, se questionner sur le monde qui nous entoure, les bouleverser. Au théâtre on peut faire toutes ces choses-là. 

Parallèlement à toutes ces activités, je prépare pour 2021 mon premier festival d’Avignon où j’espère présenter Deux frères de Fausto Paravidino, un TFE (Travail de Fin d’études) que je mets en scène tout le long de ma 3ème année.

  • As-tu une recette magique pour mener tous ces projets de front ? 

Je mise tout sur trois ingrédients que j’intègre dans toutes mes recettes : passion, travail et humilité. 

La magie du spectacle fera le reste ! 

  • Que dirais-tu à un jeune qui hésite à entrer au Cours Florent ? 

C’est d’ailleurs ce que je voudrais dire à ceux qui hésitent à entrer au Cours Florent : n’ayez pas peur de vous lancer ! Le stage est déjà une expérience très forte et enrichissante alors imaginez-vous trois ans dans un établissement de passionnées comme vous. C’est une école où l’on se laisse traverser par différentes pédagogies et où on peut prendre des risques, faire, refaire, toucher à tout... Essayez le stage d’une semaine, après vous verrez où votre passion vous emmènera !