Portrait

Jeanne Mouffe

CAMPUS
Bruxelles
ANNÉE
2018
PROFIL
élève

C’est une formation très riche. On a besoin de beaucoup de motivation et le travail à fournir est important.

J’ai commencé à prendre des cours de théâtre quand j'avais 12 ans à côté de l’école.  Puis j'ai fait un an de théâtre en cours ados au Cours Florent Jeunesse, le fait d’avoir des échéances est un moteur, on est obligé de s’investir. J’ai trouvé ça génial.

Je suis entrée cette année en première année de la formation professionnelle de l'acteur et en parallèle je suis inscrite en deuxième année de philosophie à Bruxelles.

  • Que retiens-tu de ta première année de formation au Cours Florent à Bruxelles ? 

Je pense que l’apprentissage varie énormément en fonction du professeur. On apprend toujours dans le théâtre qu’il ne faut pas rester sur une idée fixe. Lorsqu’on lit un texte, on a tendance à avoir une idée très précise de ce que l’on va en faire mais il faut avoir la capacité à changer cette idée, être flexible. Ce que nous apprend le Cours Florent.

En même temps on apprend des choses qui peuvent paraître très théoriques mais qu'on met rapidement en pratique. C’est une formation très riche. On a besoin de beaucoup de motivation et le travail à fournir est important.

  • Quel conseil pourrais-tu donner à un futur élève du Cours Florent ?

Ce qui me semble fondamental avant d’entamer le Cours Florent c’est de se fixer des objectifs. Il faut se rendre compte que c’est une vraie formation. Il faut savoir mettre certaines choses de côté ou y consacrer moins de temps pour pouvoir s’investir pleinement ici. Sinon à partir du moment où l’on suit la formation, qu’on va au théâtre et qu’on lit beaucoup, il ne doit pas y avoir de problème. Si on a l’envie et qu’on travaille ça se passe bien.