Portrait

Hélène De Saint Père

CAMPUS
Bruxelles
ANNÉE
2020
PROFIL
professeur

C’est très motivant et enrichissant de mettre des mots sur ce que j’ai appris...

  • En quelques lignes, comment vous êtes-vous formés en tant qu’artiste ?

Après trois ans de formation d'acteur au Cours Florent, j’ai été prise à l’école des Amandiers de Nanterre dirigée par Patrice Chéreau et Pierre Romans. Ces deux années avec eux, en petit groupe car nous étions 19, étaient plus que passionnantes. Nous avons fait deux films et joué trois pièces sous leur direction à Avignon. A cette époque le théâtre des Amandiers était en pleine ébullition, nous étions quotidiennement en contact avec la réalité du métier, ce n’était pas du tout une école classique.

"Enseigner" ou plutôt guider de "jeunes" acteurs est devenu une évidence après que Julien Lanquetin m’ait proposé d’être jury pour les Travaux de Fin d’Etudes en juin 2019. C’est très motivant et enrichissant de mettre des mots sur ce que j’ai appris, de voir comment "les élèves" s’en servent.

Nous passons une année ensemble. Ce partage les fait grandir autant que moi et en tant que comédienne, j’ai la sensation que ma liberté est plus grande.

  • Pourriez-vous décrire le travail effectué et les objectifs pédagogiques de ce que les élèves travaillent chez vous en Première année ?

Tout au long de l’année les élèves apprennent à utiliser qui ils sont, oser sans se juger, se désinhiber, développer leur imagination. Chaque échéance leur permet d’aborder un texte, une langue, de comprendre et chercher quel est l'enjeu de la scène, où en est le personnage quand la scène commence, qu’est-ce qui se joue à ce moment précis. Ils n’auront pas tout intégré, ni tout digéré de ce qu’ils ont appris mais c’est un début nécessaire…

  • Des cours à distance ont lieu pendant les mois de mai et juin, la pédagogie et les outils ont dû évoluer pour répondre à ce contexte. Comment se déroulent les séances de travail ? De quoi avez-vous envie durant cette période de confinement / déconfinement partiel ?

Effectivement les cours en ligne ont commencé. Cela change beaucoup de choses car les connexions ne sont pas bonnes pour tout le monde, mais on y arrive ! Nous revoyons les scènes qui étaient en cours en faisant des lectures ‘engagées’. C’est d’ailleurs très intéressant car avec cette configuration lorsqu’ils ne se parlent pas, ne s’écoutent pas, c’est encore plus perfectible. C’est un travail plus intime, mais qui leur apportera beaucoup.

  • À la fin du mois de juin, une évaluation aura lieu pour clôturer ce travail en distanciel. Quelle en sera la forme ?

Pour l’échéance de fin juin j’ai demandé à mes élèves de travailler un poème ou une fable. C’est un exercice qui est passionnant, qui permet de travailler sur le phrasé, l’énergie, le lyrisme parfois suivant le poème le choisi. Je suis très heureuse d’aborder ce travail qui ne serait jamais arrivé en temps normal. D’autres possibles s’offrent à eux et ça ne peut être qu’enrichissant. Je ne sais pas encore si cette échéance aura lieu en live ou pas…