Actualités

Les ateliers du Pass Option à Bruxelles

Publié le 20/06/2022
Les ateliers du Pass Option proposés aux élèves du Cours Florent Bruxelles.

Improvisation. Cinéma. Doublage. Voix. Corps en jeu. Histoire du théâtre. Acting in English. Comédie musicale. Ecriture de plateau. Voilà en pagaille les intitulés des ateliers auxquels les élèves inscrits au Pass Option ont pu participer depuis le début de la saison au Cours Florent Bruxelles.

Mais le Pass Option c’est quoi ?

Le Pass Option propose une aide à la connaissance de soi et au développement de l'interprétation. De mi-Octobre à début Mai, chaque élève à la possibilité de s’inscrire au Pass’ Option et de suivre ainsi un ou plusieurs ateliers en plus des 9h de cours hebdomadaires du cursus de formation de l’acteur.

Une nouveauté cette saison, l’atelier de doublage dirigé par Raphaëlle Bruneau qui, forte de 20 ans d’expérience a transmis pour la première fois ses connaissances aux élèves. 

« Le plus difficile était de trouver des bandes rythmos praticables, car pour le reste, c'est vrai qu'après plus de 20 ans de studio, j'avais des choses à partager.

Ce qui me parait le plus important à transmettre, c'est la précision dans l'écoute de la VO, la liberté de jeu que ça offre, la fantaisie.»

Raphaëlle Bruneau

Les ateliers doublage de voix du Cours Florent Bruxelles

Zaccharia Kahlaf a profité de cette occasion pour vivre sa première expérience dans le monde du doublage 

« C’était un week-end incroyable, j’ai vraiment adoré le doublage, encore plus que ce que je pensais. C’est une expérience assez différente du plateau parce que tu dois te baser sur un jeu déjà existant, tout en apportant ta touche personnelle. Le fait de travailler sur sa voix, la chercher, la modifier, essayer des tonalités dans lesquelles tu n’as pas l’habitude d’aller est hyper intéressant ! La pédagogie de Raphaëlle a été incroyable parce que ça se voit qu’elle est passionnée par son travail et ça donne trop envie de se donner à fond aussi. »

Zaccharia Kahlaf.

Comme chaque année, les élèves ont retrouvé l’atelier d’improvisation de Pierre de Brauer. Certains de ces ateliers ont eu lieu la semaine en journée et d’autres se sont organisés les un week-ends ce qui a permis aux élèves ayant les emplois du temps les plus chargés d’y participer quand même. Les cours d’improvisation de Pierre, c’est un nombre d’exercices incalculables notés sur son petit carnet qu’il propose à ses élèves avec une énergie folle et adapte en fonction de la classe.  

« C'est en effet l'atelier le plus populaire, la discipline y est aussi pour beaucoup.  J'ai un canevas dont je ne sors pas mais avec certains groupes je vais bien plus loin. Ils font tous les mêmes exercices, mais certains les dépassent. Je remets constamment en question l'ordre des exercices, la façon de les présenter, ma façon d'enseigner. Ça progresse constamment, et d'année en année, je pars du principe que si le groupe est en échec, j'en suis responsable. Peut-être que je me suis trompé dans la façon de présenter le travail, que ce n'était pas le bon moment… »

Pierre. 

Justine Droeven, élève de deuxième année a participé aux ateliers de Pierre de Brauer depuis son entrée dans l’école. On lui a demandé lequel de ces exercices l’avait marquée.

« Je me rappelle d'un des premiers coachings que j'ai suivi avec Pierre De Brauer. Il nous a demandé de nous mettre en cercle et de, chacun à notre tour, imiter le brame du cerf: quelle ne fut pas notre surprise! Et pourtant, cet exercice avait un but bien précis : nous montrer que le ridicule ne tue pas, et qu'il ne faut surtout jamais se juger. Il n'y a pas de "bon brame du cerf" comme il n'y a pas de "bonne impro", c'est le mélange de nos singularités qui fait la réussite d'une impro.»

Justine Droeven.

L’intérêt pour les élèves de participer aux ateliers en plus de leur cursus normal est de pouvoir appréhender le travail de plateau par un autre prisme. En plus du développement de l’imaginaire, Justine nous a également mentionné que la liberté qu’offre l’improvisation l’a aidé à lâcher prise lui permettant de faire plus de propositions. 

Enfin, parmi les ateliers les plus populaires de l’école on retrouve également les ateliers Cinéma de Sonia Pastecchia durant lesquels sur un week-end, les élèves se confrontent au jeu face camera. 

« Pour moi il s’agit de revenir au degré 0 du jeu. Aussi, revenir à soi est une étape primordiale. Et cela passe par des exercices simples d’observations et d’improvisation où l’acteur doit se laisser d’abord traverser par une sensation, une émotion avant de parler. La caméra est utilisée à chaque étape, ce qui est intéressant c’est que le moindre faux pas est visible. Si l’acteur sort du jeu, ne fut-ce qu’une fraction de seconde, le personnage n’est plus crédible. C’est un travail éprouvant. »

Sonia.

En participant à ce stage, Arnaud Sicot, élève de Deuxième année a noté de nombreuses différences dans l’appréhension du jeu face caméra par rapport à ses cours.  

L'atelier Cinéma du Pass Option au Cours Florent Bruxelles

« Le jeu face caméra est beaucoup plus intimiste, l'espace est réduit je travaille donc beaucoup plus sur mon visage, mes expressions, je peux jouer sur le volume bas de la voix grâce au micro, l'espace du cadre permet de travailler encore plus sur l'intensité.

Le travail intérieur du jeu face caméra m'a permis de mettre beaucoup plus d'intensité dans mes rôles sur le plateau et donc d'être plus juste. Au lieu de montrer ses émotions j'ai appris à les ressentir, le jeu face caméra a développé ce jeu et le plateau de le grandir un maximum. Et à l'inverse le plateau permet d'être plus libre dans mes mouvements face à la caméra grâce au gros travail sur le corps qu'on se doit de développer. »

Arnaud Sicot.

La saison des ateliers a été intense et pleine de nouveautés. Chaque année permet au Cours Florent Bruxelles d’enrichir le nombre et la qualité des ateliers proposés dans le cadre du Pass Option. Vous retrouverez tout ces ateliers et plus encore la saison prochaine. 

Partager cet article