Actualités

Dernières échéances avant la fin d'année à Bruxelles

Le module 3 est la dernière échéance des élèves de la formation d'acteur avant le temps fort des T.F.E. [Travaux de Fin d'Etudes]. Un évènement d’une semaine qui marquera la fin de l'année.

Après avoir travaillé avec François-Xavier Hoffman et Jean-Baptiste Delcourt, les élèves en dernière année, auront passé deux mois avec le comédien, auteur et metteur en scène Gurshad Shaheman, également chargé de cours pour les élèves de première année. La troisième année est donc une période riche de rencontres. Le travail avec trois metteurs en scène permet d’aborder différentes approches du théâtre, de la direction d’acteur et du travail collectif.

  • Gurshad, metteur en scène du Module 3 : Mon ambition pour la troisième année s'inscrit dans la droite ligne que je m'étais fixé au sein du Cours Florent, c’est-à-dire donner aux acteurs un maximum d’autonomie ; qu’ils aient un imaginaire propre sur les partitions qu’ils ont, qu’ils puissent créer leur propre espace, s’approprier le texte.
  • Caroline, élève de troisième année : François-Xavier était très indulgent, il mettait systématiquement en avant les points positifs de notre travail, il se concentrait sur le verre à moitié plein. Jean-Baptiste était aussi très bienveillant, et ferme à la fois dans sa pédagogie. On était focus sur le collectif, et on a pu observer une forte progression de nos capacités de jeu au fil des semaines. Notre module 2 était beau, fluide. Et maintenant nous travaillons avec Gurshad. C’est un personnage drôle, et extrêmement précis dans ce qu’il dit, tout le monde boit ses paroles. Il a une présence et une autorité naturelle, c’est un plaisir de travailler avec lui.

Ces deux mois de travail ont abouti à un work in progress autour de deux œuvres.

  • Gurshad : J’ai choisi deux pièces contemporaines, qui sont des « machines à jouer : L’abattage rituel de Gorge Mastromas de Dennis Kelly, et Lucide de Rafael Spregelburd. Ce sont des œuvres qui sont écrites pour les acteurs. J’ai choisi une scénographie minimale, afin qu’ils aient tous les éléments nécessaires pour ancrer leur jeu. Je vais du coup plutôt parler de direction d’acteur, plutôt que de mise en scène, parce que toute mon attention a été focalisée là-dessus. Je veux profiter de cette fin de cursus pour leur donner les derniers outils dont ils auront besoin en sortant de l’école.

Les élèves ont fait des propositions pendant les 3 premières semaines, sans savoir comment ils allaient être distribués.

  • Gurshad : Je les ai poussés à faire leurs propres propositions, car l’imaginaire collectif autour d’une œuvre va l’enrichir. Ce sont des pièces où ils ont des partitions solos et aussi des scènes de groupes. Dans Lucide notamment, nous avons travaillé sous une forme chorale. Toutes les scènes sont démultipliées – c’est-à-dire qu’une scène va être jouée deux fois en simultanée, pour observer comment les acteurs et actrices s’emparent des scènes différemment. L’objectif étant de les amener à avoir un investissement personnel dans leur rôle.
  • Caroline : C’était une approche hyper utile. Les deux œuvres sont vraiment des pièces pour les acteurs : il y a tellement de possibilités, de directions à prendre… La pièce Lucide a été une opportunité pour cet exercice dingue d’écoute, de jeu… C’est un beau défi.

Gurshad est assisté par Florence Marchand, ancienne élève de la promotion III à Bruxelles, sélectionnée la saison dernière au Festival Passerelles du Cours Florent, elle a, avec justesse, compris les besoins et les attentes des élèves, du chargé de cours et de l’école. Elle évoque son rôle de ces dernières semaines :

  • Florence, élève de la promotion III, assistante module 3 : J’aime beaucoup comparer le rôle d’assistant à celui d’une sage-femme : on est là pour soutenir, soulager et faire attention à tout ce qui se passe, ou pourrait se compliquer ! Lors de ce module, j’ai participé à beaucoup des répétitions d’étudiants, ce qui m’a énormément appris. De plus, Gurshad m’a accordé une grande confiance lors de ce module. Depuis nos échanges, dès les premiers jours, j’ai pu constater l’évolution des étudiants, ce qui est riche et instructif. J’ai également assisté Jean-Baptiste Delcourt lors du module 2, et je continue à travailler à ses côtés aujourd’hui. Tout cela me permet de constater les différents aspects de la profession, tant sur le point artistique qu’institutionnel.

Les élèves ont dû gérer leurs cours et ateliers, leurs nombreuses répétitions, et leur travail personnel dans le cadre des Travaux de Fin d’Etude. Mais à une semaine de l’échéance, l’énergie était canalisée sur le module 3. Cette dernière échéance représente beaucoup pour certains élèves.

  • Caroline : J’avais vu le module 3 de la promotion II, lorsque j’étais en première année. Ça m’avait vraiment convaincue de continuer le travail au Cours Florent à Bruxelles. Aujourd’hui, on y est, c’est le dernier module, il y a une certaine pression ! On a toujours l’angoisse de ne pas être à la hauteur, de ne pas apporter cette magie !
  • Mégane, élève de troisième année : A un moment donné, on a dû se focaliser. J’ai de la chance, je suis dans des scènes avec deux partenaires différents. Cela simplifie la logistique des répétitions. Lorsqu’on est dans une scène de groupe, c’est difficile de se retrouver tous ensemble.

Il y avait donc bien sûr de l’excitation, mais également une belle dose de stress. D’autant que ces dernières semaines de travail annoncent la fin du cursus pour cette Promotion IV.

  • Mégane : Gérer la fatigue n’est pas évident. On veut toujours travailler plus, on est en lutte. Il y a aussi des moments d’attente, où les autres sont sur le plateau. On doit rester concentré. Mon objectif est d’entrer au Conservatoire de Liège après mon cursus au Cours Florent. Je dois continuer à me préparer, tout en jonglant avec la peur de quitter tout ça : le cocon, la maison, les partenaires. On profite tant qu’on est là !
  • Caroline : Je ne le vois pas comme une fin, mais plutôt comme le démarrage de quelque chose. Ces trois ans étaient une étape : maintenant, j’ai vu ce qu’est faire du théâtre, de monter un spectacle, travailler et découper des scènes. Je n’ai pas tant que ça l’angoisse de l’après, c’est une porte ouverte.

Toute l’équipe du Cours Florent à Bruxelles est comme à chaque fin de saison heureuse de voir les beaux parcours des élèves, fait de transformations, d’échecs, de victoires et de joies.

Dernière ligne droite : la présentation des TFE du 24 au 30 Juin 2019 ! Beau travail à toutes et à tous !