Portrait

Noémie Carcaud

CAMPUS
Bruxelles
ANNÉE
2020
PROFIL
professeur

"J'apprends à travailler avec chacun selon ce que j'estime être son besoin."

Noémie Carcaud est chargée de cours de classe de deuxième année de la formation d'Acteur au Cours Florent Bruxelles.

  • En quelques lignes, comment vous êtes-vous formé en tant qu’artiste ? 

J’ai commencé le théâtre très jeune, vers 12 ans dans un atelier de théâtre amateur. J’ai choisi une option théâtre au lycée, et en parallèle j’ai suivi des cours au Centre Dramatique National de Nancy. J’ai très jeune passé des concours, que j’ai souvent raté au deuxième ou troisième tour.

J’ai également été dans une école expérimentale de théâtre musical itinérante - la LTDP - en Bourgogne, avec Joëlle Sévilla et Alexandre Astier. C’était vraiment une expérience de troupe, une école de la vie, faite de cours, de spectacles, de tournées, d’ateliers dans les quartiers…

Je suis ensuite rentrée à Nancy et ai continué de me former grâce à des stages professionnels, avec différents metteurs en scène, auteurs, chorégraphes, acteurs… Certains étaient proposés au CDN de Nancy, d’autres m’attiraient car j’étais intéressée par certaines écritures ou des propositions plus gestuelles.

  • Comment l’enseignement s’est inscrit et s’inscrit dans votre parcours professionnel ?

Depuis quelques années je me posais la question de la transmission... La pédagogie oblige à se recentrer sur son propre parcours et ses apprentissages. Qu'ai-je appris, et comment ? Quel est l'essentiel ? C'est quoi être acteur ? Comment trouver avec l'apprenti acteur un chemin qui lui soit propre, tout en lui transmettant des outils nécessaires ? Pour moi l'enseignement est une autre strate de mon parcours, qui nourrit et enrichit ma pratique de comédienne et de metteuse en scène, et lui répond, dans un dialogue constructif et créatif !

Il me semble que le travail que j'ai effectué cette année avec mes élèves est un travail d'appropriation des outils déjà acquis précédemment, d'approfondissement de leur lecture sensible, qui leur permettra de déceler les enjeux dramaturgiques au sein des scènes travaillées, et de prise de conscience de l'investissement intellectuel, corporel et émotionnel nécessaire pour atteindre une justesse et une sincérité dans les rôles explorés.

Chaque élève ayant un parcours, une expérience, un rythme et un fonctionnement différents, j'apprends à travailler avec chacun selon ce que j'estime être son besoin. Parfois il faut bousculer, parfois laisser venir, mais toujours il faut solliciter leur présence immédiate, active et généreuse, qui crée la justesse et le plaisir de jouer !

  • Des cours à distance ont lieu pendant les mois de mai et juin, la pédagogie et les outils ont dû évoluer pour répondre à ce contexte. Comment se déroule les séances de travail ? De quoi avez-vous envie durant cette période de confinement / déconfinement partiel ? 

Ce qui me semble important c'est le maintien d'un dialogue entre les élèves et moi. Comment mettre à profit ce temps qui nous est imposé pour travailler autrement ? Comment, malgré la dimension anxiogène de la période que nous traversons, continuer à nous interroger sur le métier d'acteur, et aiguiser nos outils ? Mon travail consiste alors essentiellement à susciter : susciter la curiosité, le désir, l'imagination chez les élèves... 

Nous avons échangé sur des lectures que je leur ai proposées, autour d'une thématique (celle de la fin du monde !), puis j'ai choisi un texte parmi ces ouvrages et j'ai proposé que nous montions l'intégralité du texte, chaque élève ayant en charge une séquence entière. La forme que je leur ai proposée est celle du théâtre d'objets. 

C'est tout à fait expérimental, car je n'ai moi-même aucune expérience dans ce domaine, mais j'ai pensé que c'était un moyen de travailler chacun avec son univers immédiat, son imaginaire... En distanciel chaque élève me parle de ses envies, ses idées, me montre des échantillons de son univers, et nous en parlons, nous reprécisons, et ainsi nous avançons, pas à pas !...

  • A la fin du mois de juin, une évaluation aura lieu pour clôturer ce travail en distanciel. Quelle en sera la forme ?

L’échéance prendra la forme d'un montage vidéo constitué de toutes les séquences que les élèves auront réalisées individuellement en théâtre d'objets autour de ce beau texte Les Chants du Silence Rouge de Claudine Galéa. J'aimerais qu'ensemble, et chacun avec son univers propre, ils nous racontent cette histoire...