Portrait

Laura Guessan

Portrait de Laura Guessan, Cours Florent Bruxelles
CAMPUS
Bruxelles
ANNÉE
2019
PROFIL
élève

Recontre avec Laura, élève de deuxième année au Cours Florent Bruxelles.

Je viens de Saint-Etienne, en France. J’ai grandi dans cette ville jusqu'à mes 6 ans et puis j’ai beaucoup bougé jusqu’à mes 13 ans : Aix-en-Provence, Paris, Haute-Loire, Metz. Ma maman est une danseuse et m’a eu très jeune, j’ai alors vécu et partagé sa carrière. Je suis née dans le monde de la danse, du corps et du mouvement. J’ai suivi un cursus scolaire général et ai passé mon BAC ES au Luxembourg. Durant toute ma jeunesse, j’ai étudié dans différentes écoles de danse, différents conservatoires. J’ai commencé à apprendre sur mon corps dès mon plus jeune âge. Après mon BAC, j’ai étudié un an à Paris à l’Académie Internationale de la Danse (AID), l’année d’après je suis allée à Tilburg, aux Pays Bas à FHK Dance and Performing Arts Academy. Je suis arrivée ensuite à Bruxelles et j’ai commencé à explorer mon esprit en suivant les cours du soir aux Cours Florent.

  • Peux-tu nous parler de ta première année ? Comment ont évolué ton travail, ton projet et ton engagement sur le plateau jusqu’à aujourd’hui ?

Ma première année a été révélatrice. Je ne m’étais jamais exprimé autrement qu’avec mon corps sur scène. J’ai donc entendu ma voix, observer mes réactions, et celle de mon entourage, face à des situations différentes. J’ai visualisé l’entrechoc constant des êtres humain. Un nouveau regard sur ce qui pouvait se passer à l’extérieur de nous ainsi qu’à l’intérieur. J’ai pressenti de nouvelles choses. Grâce aux personnages que j’incarnais et aux personnes qui m’entouraient. J’ai connu une nouvelle forme de questionnement personnel. Je voulais me connaître car j’avais peur de me perdre dans mes personnages. Grâce à ma classe, à mon professeur et aux élèves du cursus, j’ai accepté et compris que connaître l’être humain est le travail de toute une vie. J’ai pu comprendre qu’il était important de ne pas vouloir tout contrôler. Sur le plateau, je peux savoir qui je suis, connaître mon but et comprendre la place que j’occupe.

  • Comment abordes-tu ta Deuxième année ? Tu as passé il y a quelques jours l’échéance monologue. Comment cela s'est déroulé ?

Je suis enthousiaste et décidée. J’ai une forte envie de grandir intérieurement. J’aimerais percevoir mes limites et pouvoir les affronter, faire face à de nouvelles situations et de nouveaux sentiments. Me dévoiler davantage.

Ce monologue a été le premier texte avec lequel j’ai rencontré de réels problèmes. Le sens du texte me parvenait d’une manière très personnelle. Je l’ai énormément intellectualisé. Lors de l’échéance, je me suis présenté dans l’état dans lequel je me trouvais à ce moment précis de ma vie tout en accommodant celui de mon personnage, physiquement et mentalement parlant. Ce que je comprends maintenant, c’est qu’il est nécessaire, pour éviter de se perdre dans la psychologie, de se poser des questions sur la respiration, l’adresse, la voix et le corps, en reliant ces éléments à des sensations et des sentiments. Damien Chardonnet, mon chargé de cours dit :  la psychologie dit quoi, l’acteur dit comment. Il était intéressant de travailler ce texte sur une courte période de temps : il fallait pousser plus loin et plus vite. Ça m’a obligé à observer, écouter, recevoir et donner de manière rapide et efficace. Au départ il fallait travailler plusieurs monologues, puis en choisir un et savoir se concentrer sincèrement dessus. L’entraide entre les élèves a créé une belle force.

  • As-tu d’autres projets ou engagements en dehors de l’école ?

Je travaille pour une entreprise qui récolte des fonds en faveur des ONG, je fais donc du porte-à-porte et de la street. Je suis amenée à discuter avec tous types de personnes en journée, je me suis rendu compte qu’il s’agissait quasi d’un travail d’acteur, une sorte d’improvisation cadrée, pour un engagement qui nous tient à cœur.

Je danse pour différents collectifs. Je donne des stages de Danse/Danse-Théâtre au Luxembourg. Il m’arrive d’être modèle pour de jeunes créateurs. J’aime écrire et construire. Mes projets sont larges !

  • Quelle réplique t’a marqué dans ton parcours et pourquoi ?

Il y a énormément de répliques sur lesquelles j’ai passé avec plaisir énormément de temps. Certaines me touchent personnellement, via des questionnements dont je n’ai moi-même pas résolu l’issue. Je m’attache particulièrement aux répliques qui m’amènent vers une pensée nouvelle, celles qui me poussent à aller chercher une partie de moi que j’ignore, ou celles qui font vivre des souvenirs.

En fait, toutes les répliques que je peux entendre ou bien lire vont m’atteindre d’une certaine manière, et d’ailleurs, je crois que toutes les répliques sont aussi importantes les unes que les autres. Il y a un sens particulier et singulier derrière chacune d’entre elles. Grâce à l’auteur et aux personnages, grâce à ma conscience et à mon inconscient, elles me font toutes raisonner.

  • Quel conseil peux-tu donner à un futur élève du Cours Florent ?

Il ne faut surtout pas hésiter à être toi-même, à accepter ce qui te plait ou ne te plait pas, ce que tu ressens, ce que tu vis, et à le déposer sur le plateau, à tout essayer même si tu penses que cela ne te correspond pas. Laisse-toi guider, mais ne te laisse pas contrôler. Une fois sur le plateau, ne contrôle pas. Tu as analysé ton personnage, ton texte, le message de l’auteur, aies confiance. Le contrôle peut facilement t’amener à une musique répétitive, joues avec ce qu’il se passe à l’intérieur de toi et de la pièce. Ne joue pas tout seul, ton partenaire et toi-même ne faites qu’un. Le public est aussi ton partenaire ! N’oublie jamais tes outils : ta voix, ton corps, ton regard, ton adresse. Lorsque tu ressens quelque chose de fort à un certain moment dans ta vie ou sur le plateau, essaie de l’analyser et de le canaliser, tes sentiments sont des éléments indispensables. Apprends à connaître avec qui tu travailles, crée des liens, ils t’apporteront tous quelque chose. Cultive tes singularités et celle des autres. Amuse-toi de la vie.

Merci à Laura d'avoir répondu à nos questions !