Les portraits

Portrait d'Arthur Descamps

Élève

Portrait d'Arthur Descamps, élève de première année au Cours Florent Bruxelles
Portrait d'Arthur Descamps, élève de première année au Cours Florent Bruxelles

Quick Facts

Arthur Descamps
Théâtre
2020
.
N'oublie jamais de t'amuser, n'ai pas peur de te ramasser et apprend tes textes le plus vite possible.

Portrait d'Arthur Descamps

Élève

Je viens de Roubaix dans le Nord de la France. Avant d’intégrer le Cours Florent, j’ai obtenu un DUT Technique de Commercialisation. Pendant un an, j’ai travaillé dans divers domaines et j’ai effectué un service de volontariat européen en Italie.

Quand je suis arrivé au Cours Florent, je me suis très vite rendu compte du stress que je pouvais avoir à me présenter face à un groupe d'élèves et un professeur. Faire une simple lecture de scène me terrorisait, et j'avais constamment peur de montrer mes scènes, mon travail. Depuis la première échéance, cela a bien changé. J'ai toujours ce petit stress, qui est un positif, mais je n'y vais plus avec la peur de montrer ma scène, mais avec l'excitation !

Ma manière de travailler et mon organisation ont également beaucoup évolué. Au début, c'était très brouillon, je ne savais pas par où commencer. J'arrivais aux répétitions sans connaître mes textes et sans idée de mise en scène. Maintenant, j'essaye de connaître mon texte dès que je suis distribué, mais surtout j'adore penser à la mise en scène et à la manière dont je pourrais travailler une scène. 

  • Quelle est ta semaine type à l’école ? Comment gères-tu ton temps entre les cours, les répétitions et les activités extérieurs ?

J’ai cours les lundis, mardis et jeudis matins jusque 12h30. A la suite de ses cours, je prévois environ 2h de répétitions, en fonction du nombre de scènes à travailler. Le but est aussi de donner un temps de répétition équivalent à chaque scène au début puis de prendre plus de temps sur celles qui avancent moins vite, ou qui sont plus complexes.

J’ai également choisi certains ateliers du PASS OPTION : l’Improvisation le vendredi, la Voix le mercredi, et Acting in English le mardi et mercredi. 

Afin de payer ma scolarité, j’ai conservé mon travail en dehors de l’école : le week-end je suis vendeur dans une boutique de vêtements dans le nord de la France.

  • Il y a un mois se déroulait l’échéance "Alexandrins". Comment cela s’est déroulé ?

L'échéance "Alexandrins" a été une expérience vraiment intéressante. Au début, cela a été extrêmement difficile de s'adapter à la lecture et l'apprentissage de vers ; devoir l'interpréter par la suite n'était pas chose aisée non plus. Cependant c'est un parler magnifique, une fois maîtrisé ! C’est extrêmement jouissif de ressortir chacune de nos réplique en respectant bien chaque règle liée aux Alexandrins. Une fois l'échéance terminée, il est difficile de ne plus faire les liaisons entre chaque mot, la « chanson » de l'alexandrin me manque presque !

  • Vous êtes en train de préparer la dernière échéance de la saison : "En Scène" ! Peux-tu nous décrire ce travail ?

Pour commencer il s'agit de trouver les scènes que l'on veut travailler : notre chargé de cours ne nous impose pas des scènes en particulier, mais nous conseille. Le plus intéressant est de travailler des scènes avec un registre différent de ce qu'on a déjà pu travailler auparavant. Une fois les scènes trouvées il faut les travailler très vite et le plus possible pour pouvoir les pousser au plus loin avant l'échéance finale !

  • Comment abordes-tu ta deuxième année au sein de l’école, et qu’en attends-tu ?

Je suis très curieux de voir ce que la deuxième année aura à nous proposer. Après avoir parlé à des élèves en deuxième année, à propos de leurs échéances, je pense déjà aux futures scènes que j'aimerais travailler ou que j'aimerais découvrir ! Je me demande aussi comment les répétitions vont s'organiser autour des différentes échéances. 

  • Quelle réplique t’a marqué dans ton parcours et pourquoi ?

Je pense à une réplique de Liberté à Brême de Fassbinder : "La vie qu’on mène n’est supportable qu’avec une patrie. La patrie d’une femme, c’est l’homme." Cette réplique fait partie d’une scène que je prépare pour l’échéance "En Scène" qui est à venir. Si elle m’a marquée, c’est surtout parce que je la trouve absurde. Mais aussi parce qu’il nous a fallu beaucoup de répétition avant de pouvoir la dire correctement sans éclater de rire à la pensée du sens de cette phrase !

  • Quel conseil peux-tu donner à un futur élève du Cours Florent ?

N'oublie jamais de t'amuser, n'ai pas peur de te ramasser et apprend tes textes le plus vite possible. Une fois soulagé du texte, tu pourras vraiment t'éclater !

.

Découvrez d'autres portraits

Parole
d'élèves

Portrait d'Antoine Vansteenskiste

Peux-tu rapidement te présenter ?Antoine. 27 ans. J’ai été piqué par le théâtre au lycée, (...)

Portrait d'Antoine Vansteenskiste, élève de deuxième année à Montpellier, participe aux Rencontres Internationales des Ecoles d'Art en Corse

Parole
d'élèves

Portrait de Christian Franz

Peux-tu rapidement te présenter ?Je m’appelle Christian Franz, j’ai 20 ans, je viens de Sa (...)

Portrait de Christian Franz, élève de deuxième année à Montpellier

Stages de l'été 2019

Cinéma, Théâtre, Impro, Acting in English, Comédie Musicale, Chant
Paris, Bruxelles, Montpellier, Bordeaux, Lyon, Toulouse, Strasbourg, Troyes, Annecy, Aix-en-Provence, Nantes
Inscrivez-vous en ligne

Portes ouvertes

28
Septembre

Jeunesse

À Paris

À 14h00

Je m'inscris

Portes ouvertes

30
Août

Théâtre

À Bruxelles

À 14h00

Je m'inscris