Les portraits

Portrait de Pierre de Brauer

Professeur

Portrait de Pierre de Brauer, chargé de Cours de l’Atelier Improvisation au Cours Florent à Bruxelles
Portrait de Pierre de Brauer, chargé de Cours de l’Atelier Improvisation au Cours Florent à Bruxelles

Quick Facts

Pierre de Brauer
Improvisation
.
Je travaille beaucoup en musique aussi et j'aime pouvoir utiliser les divers talents qu'ils ont, en musique, en dessin, en chant, en danse…

Portrait de Pierre de Brauer

Professeur

  • Pierre, peux-tu nous parler de ton parcours en Improvisation ici en Belgique et en France ?

J’ai débuté l'improvisation théâtrale il y a 20 ans à la Ligue d’Improvisation Départementale des Yvelines. C’est l’une des premières associations à avoir vu le jour en France. Elle est un tremplin depuis toujours d 'une panoplie de comédiens. De grands noms de l’improvisation sont passés par cette ligue et m’ont coaché lorsque j'étais adolescent durant plusieurs années comme Laurent Ournac, ou Arnaud Tsamere.

Je suis un vrai curieux, je sillonne toutes les régions où je peux faire de l’impro, en Belgique, en France, en Suisse et au Québec (3 tournées). J’ai fait partie d'une dizaine de compagnies différentes. Je suis depuis 10 ans à la Fédération Belge d'Improvisation Amateur (FBIA), dans l’équipe des Taupes, 7 fois finalistes et 4 fois championne de Belgique. J'ai été 3 ans en sélection nationale. Nous avons un concept : "Play", qui mélange cinéma et improvisation que nous jouons chaque mois. J'ai la chance d'avoir une carte blanche chaque mois dans un café-théâtre Le Trac, dédié à l'improvisation, et j'ai régulièrement des invitations lors de festivals en Belgique et à l'étranger.

J'enseigne l'improvisation depuis plus de 10 ans et je cherche sans cesse à me perfectionner. Je fais des stages dans pleins de domaines différents (clown, masque, art de rue, beatbox…). J'ai donné cours à plusieurs milliers d'élèves d'horizon très différents (école, maison de jeune, troupes, entreprises…).

Cet atelier improvisation est ouvert à tous les élèves du Cours Florent et il fait partie du Pass OptionNous avons un cours spécialement pour les élèves de première année pour qu'ils puissent découvrir la discipline.  

Cette année est un vrai tournant. Nous avons ouvert un atelier destiné aux élèves de deuxième et troisième année et un cours le mercredi soir, particulièrement pour les élèves en classe le soir, mais où nous mélangeons toutes les années. La discipline prend de l'ampleur dans l'école et j’espère qu'on ne s’arrêtera pas là. 

  • Comment se déroulent ces ateliers ? Quels sont tes meilleurs souvenirs ?

Il y a une effervescence incroyable durant les cours. Les élèves se lâchent. Je prends un plaisir fou à les retrouver chaque semaine. Ils font un ramdam tel qu'on place le cours tant que faire se peut dans une salle à part pour ne pas déranger les autres cours. C'est vraiment une ambiance de fête, très bon-enfant. Je cherche d’ailleurs à retrouver leur âme d'enfant.

Il y a un maximum de plateau, les élèves ont de toute façon un désir de jouer extrêmement grand ! Je n'hésite pas à modifier mon programme de cours au moment de l’échauffement quand leur énergie est évocatrice. Je fais des retours courts et efficaces pour les maintenir toujours en éveil, quitte à approfondir les retours personnels plus tard. A chaque atelier ses moments magiques, ses imprévus, ses chansons et ses chorégraphies. 

Tout cela se fait dans le jeu, mais aussi avec une certaine rigueur. Dans mes cours, on a les mêmes exigences que pour leur cours de théâtre. 

Je prends un plaisir immense à les voir grandir, évoluer, développer leur confiance en eux, dépasser pour certains leur timidité… Mon rôle est de leur donner envie d'aller toujours plus loin. Ça commence à porter ses fruits. Certains se sont inscrits dans des ligues reconnus. Une première équipe d’élèves du Cours Florent vient notamment de naitre : Les 4 sans 15.  

L'impro est essentielle à la formation de l'acteur, et doit devenir un outil de soutien du jeu. Ce qui doit se dégager de la scène, c'est la vie, une intensité qui subjugue le spectateur, le rive à son siège. Dans le travail, les comédien.ne.s doivent se nourrir mutuellement de propositions, contre-propositions, tentatives, réussite, échecs… Rien ne doit être figé même quand une mise en scène est "terminée". La pratique de l'improvisation peut développer cette spontanéité nécessairement constante. Le texte appris par cœur, comme les déplacements, sont faits pour être "oubliés". L'improvisation sert à avoir une meilleure confiance en soi, à s'assumer, à être plus à l'aise et à prendre du plaisir sur le plateau. C'est utile pour travailler le lâcher-prise, la spontanéité, la construction d'histoire, le travail sur les personnages, le mime...  

Robert Gravel, le fondateur de la première ligue d’improvisation, disait "La pratique de l'improvisation doit briser le comédien, le rendre disponible à l'acte théâtral, souple face au jeu. Il n'est pas un exécutant qui se protège derrière des trucs ou des recettes, mais un être vivant qui risque et dont la voix et le corps vibrent sous le choc de la poésie de l'auteur d'une manière constamment renouvelée."

C'est un outil très efficace pour souder les groupes. Ça permet à tous les élèves de se rencontrer. Ça rassemble, ça fédère. C'est une discipline où on joue pour l'autre, on se concentre sur l'autre. On crée une histoire ensemble. Nous travaillons aussi tout une panoplie de thèmes qui leur serviront durant leur formation :  le scénario, la construction d'histoires, la sincérité, les codes de jeu, le jeu sans parole…

  • Qu’attends-tu d’un élève qui participe à ton atelier ?

Je souhaite qu'il soit régulier, ponctuel, actif, respectueux du groupe. Je leur dis souvent qu'ils doivent être des enfants sur scène, et hyper carré en dehors du plateau. Je souhaite qu'ils essaient, ne se reposent pas sur leurs acquis, se mettent en danger, ratent, mais en gardant toujours leur enthousiasme. Je souhaite qu'ils aient les mêmes exigences que dans leur classe principale.  Je souhaite qu'ils restent humbles, avec toujours l'envie de progresser. Je fais en sorte à chaque fois d'éveiller leur curiosité, de leur donner pleins de références… A eux de poursuivre, d’aller plus loin, de faire des recherches.

  • Pouvez-vous nous parler du spectacle annuel FIT (Florent Impro Tour) qui se déroulera entre Bruxelles et Paris en février et mars 2018 ?

Nous organisons la première édition du FIT à Bruxelles. Les élèves répondent présents : nous sommes complets avec 8 équipes inscrites. Toutes les années sont représentées. Le tournoi se fera sur 2 jours. Ils vont aussi découvrir beaucoup de catégories, contraintes que je n'ai pas toujours l'occasion d'utiliser durant mes ateliers. Ce sera une sorte de teasing de ce qu’ils feront ces prochaines années. J'accompagnerai l'équipe gagnante pour participer au FIT à Paris. 

  • Vous enseignez également les stages ADOS, pouvez-vous nous parler de votre angle de travail avec les jeunes de 13-17 ans ?

J'utilise toujours l'outil que je connais le mieux : l'improvisation. Le premier jour, il s’agit de former le groupe de façon ludique, briser la glace, travailler le lâcher prise. A la fin de chaque journée, ils ont un petit travail à faire qui prépare la matinée du lendemain. Nous travaillons des thèmes variés : la sincérité de jeu, la narration d'histoires, la construction de personnage, les statuts et relations de personnage, la spontanéité, l’enjeu. 

Nous abordons des thèmes plus spécifiques suivant les scènes que je choisis. L'après-midi en général nous abordons le travail des scènes choisis. Les ados mettent du temps en général à apprendre leur texte et à s'en libérer, c’est là que l'improvisation est utile : elle nous permet du coup de travailler tout ce qui est en dehors du texte. 

Au niveau des scènes et thèmes abordés, j'ai déjà par exemple travaillé les contes et leur revisite. Chaque groupe choisissait un conte existant, et s'amuser à le revisiter, en y intégrant un texte de théâtre classique ou contemporain, ou issu d’une production audiovisuelle. L'univers des contes me plait énormément. J'ai travaillé sur des pièces de Pommerat, de Schwartz, de Melchiot, mais aussi sur Shakespeare, Molière, Feydeau, Marivaux, Jarry, Tchekhov… Je cherche à proposer des scènes en fonction des stagiaires que j'ai, de leur tempérament, leur âge, leurs envies, leur caractère.

Je laisse beaucoup d'autonomie et je cherche à imposer au minimum. Je pars de leurs idées, de leur ressenti de la scène. Je favorise les échanges. Ils doivent me faire de vraies propositions sur le plateau ! Je fais aussi intervenir les élèves pour qu’ils développent leur esprit critique. Ils sont parfois déstabilisés car mes cours ne ressemblent pas du tout à ce qu’il se fait en général dans leurs écoles ou conservatoires. Je travaille beaucoup en musique aussi et j'aime pouvoir utiliser les divers talents qu'ils ont, en musique, en dessin, en chant, en danse…

  • Avez-vous un conseil à donner aux futurs élèves d’improvisation ?

J'ai eu pleins de retours d'élèves qui m'ont dit avant de me rencontrer qu'ils n'aimaient pas l'impro et j'ai réussi à en convertir plus d'un ! Faites-moi confiance, même les plus réfractaires ont aimé finalement cette discipline. C'est pour moi une discipline essentielle, qui vous aidera grandement dans votre carrière d'acteur. Ce n'est pas pour rien qu'il y a des milliers d'acteurs, comédiens reconnus, qui ont commencé par cette discipline. On a même un comédien issu de l'impro à la Comédie Française. Courrez-y !

Les cours d'improvisation du Pass Option au Cours Florent Bruxelles

.

Découvrez d'autres portraits

Parole
d'élèves

Portrait de Alice Varela

Je m'appelle Alice Varela, j'ai 19 ans et je suis actuellement en deuxième année au Cours (...)

Portrait de Alice Varela, élève de la formation Acteur au Cours Florent Bordeaux

Parole
de pros

Portrait de Stéphanie Scultore

Stéphanie, peux-tu nous parler de ton parcours artistique ?Il est tout aussi académique qu (...)

Portrait de Stéphanie Scultore, professeure de l’atelier Voix au Cours Florent à Bruxelles

Stages de Noël à Bruxelles

Théâtre et Cinéma
Pour intégrer l'école en 2020
Inscrivez-vous en ligne

Stage de théâtre pour Ados de 13 à 17 ans

Théâtre pour Ados

Du 28 octobre au 1er novembre
Stages ouverts à tous, dès 13 ans
Inscrivez-vous en ligne

Soirée d'informations

12
Novembre

Musique

À Paris

À 19h00

Je m'inscris

Soirée d'informations

21
Novembre

Théâtre

À Paris

À 19h30

Je m'inscris

Soirée d'informations

14
Janvier

Comédie Musicale

À Paris

À 19h30

Je m'inscris

Soirée d'informations

19
Novembre

Théâtre

À Bruxelles

À 19h00

Je m'inscris