Les portraits

Portrait de Dimitri Lepage

Élève

Portrait de Dimitri Lepage, élève de 3ème année de la formation d'acteur à Bruxelles
Portrait de Dimitri Lepage, élève de 3ème année de la formation d'acteur à Bruxelles

Quick Facts

Dimitri Lepage
Théâtre
2017
.
Les gens ici ce sont ceux avec qui je vais travailler en sortant. 

Portrait de Dimitri Lepage

Élève

J’ai 24 ans (aujourd’hui !), je viens de Theux en Province de Liège et je suis en troisième année du cursus de Formation de l'acteur avec François-Xavier Hoffman.

  • Quel est ton parcours avant d’intégrer l’école ?

J’ai un parcours classique. J’ai fait quelques années d’études supérieures, dans lesquelles je ne me sentais pas bien. J’ai arrêté et je suis parti en voyage pendant 8 mois, je suis parti en stop de chez moi jusqu’en Turquie, et ensuite en avion jusqu’en Asie.

J’ai recommencé ensuite des études de communication. Je pensais pouvoir boucler ça rapidement, avoir un diplôme "sécurité" sans que ça me demande trop d’énergie, pour ensuite faire des études de théâtre. Mais j’ai eu ni la patience, ni l’envie d’avoir un diplôme qui ne me corresponde pas !

Je fais du théâtre depuis que j’ai 8 ans, dans une Académie de ma commune, ça m’a pris un peu de temps pour me dire que c’était possible d’en vivre. Et surtout je préfère avoir essayé, que de regretter toute ma vie !

Cette pratique m’a toujours plus. C’est vrai qu’au secondaire je me destinais aux matières scientifiques, mais je n’avais pas la rigueur, je n’avais pas l’esprit "matheux", étant plutôt un littéraire. Et à la sortie du secondaire, on a monté une petite pièce avec Jérôme Jacob, qui est aujourd’hui en cours avec moi ici. On se disait en se marrant :"Tiens et si on devenait comédien ?". Et nos parcours nous ont amené au Cours Florent.

J’ai toujours entendu parler de cette école. Je crois qu’elle a ouvert à Bruxelles au moment où je revenais de voyage. Paris était inenvisageable financièrement, et même logistiquement c’était compliqué. J’ai d’abord fait un stage de théâtre, j’étais soutenu par mes parents. Mon père se rendait compte que ça n’allait pas, que je n’étais pas bien dans des études classiques. J’ai fait mon stage avec Christophe Garcia, un super prof. On a travaillé sur Molière, sur des passages de la pièce George Dandin. Ce qui m’a le plus surpris, c’est la rapidité avec laquelle on crée des liens. C’était intense, on se soutenait. Cette pratique aide à ça.

Je sortais à ce moment-là d’un stage à la radio, je trainais beaucoup à Bruxelles donc c’était une période d’effervescence où je rencontrais beaucoup de gens. C’était passionnant, c’était ça qu'il me fallait !

  • Quels ont été les expériences marquantes dans tes deux premières années ?

La première chose à laquelle je pense c’est l’échéance "Création Collective" en Première Année. Elle ne s’est pas forcément bien passée en termes de résultats. Il y a eu beaucoup de frictions, mais justement, il y avait un vrai travail en train de s’opérer, on voyait déjà sur qui on pouvait compter, et certaines personnes n’étaient pas fiables. Cette tension était dûe à l’implication qu’on y mettait : j’avais envie ! Je voulais y aller à fond ! C’était une belge énergie.

C’était pareil avec l’échéance "Parcours d’un Rôle" en Deuxième année. Il fallait retracer le parcours, l’évolution d’un personnage dans une pièce, en 10 minutes, selon notre regard. J’avais mon Parcours, et je jouais dans celui d’autres élèves. Il y avait beaucoup de répétitions, on était submergé !

J’avais choisi "La Mort de Danton" de Buchner. Sarah Siré, ma chargée de cours en Deuxième Année me l’avait conseillé. On faisait beaucoup d’exercices en début d’échéance, en repérant les passages marquants, la phrase clefs de chaque acte. Après, moi, je l’ai tourné de manière un peu historique, avec le personnage qui se retrouve de plus en plus seul, condamné. Hans, un élève dans une autre classe, avait choisi le même personnage et lui a travaillé sur son aspect romantique. On a chacun fait une sélection subjective.

  • Comment s’organisait ton travail dans l’école en Deuxième Année ?

J’avais ma classe principale, et j’avais choisi de ne pas prendre de classe parallèle pour me consacrer à fond à celle-ci, et travailler dans les projets des autres. J’avais cours de 13h à 16h, mais j’arrivais à 9h et repartais à 19h ! 

J’ai participé aussi à l’atelier Cinéma, pour travailler sur le jeu d’acteur face caméra, et Acting in English

  • Comment a démarré ta Troisième Année ?

On a démarré sur des cartes blanches Théâtre et Cinéma, sur le thème "L’important c’est d’aimer".

Pour la partie Théâtre, j’ai au départ eu l’idée de parler de l’amour de la vie avec Cyrano de Bergerac et la tirade du "Non Merci". Je me suis dit que c’était peut-être ridicule : le réécrire, alors que c’est déjà un texte parfait et magnifique, ou le réciter, ce qui manquait de challenge.

Alors j’ai écrit mon propre projet : deux potes qui rentrent de soirée, l’un des deux veut prendre de la drogue, l’autre, pour l’empêcher, commence à lui expliquer comment marche la cuisson d’un steak, juste pour dire qu’il y a d’autres plaisirs dans la vie ! Des élèves jonchaient le sol, endormis, pour créer cette image de fin de soirée.

Pour la Carte Blanche Cinéma, j’ai essayé de prendre le contre-pied en montrant quelqu’un qui passe ses journées dans un bureau, juste pour avoir un salaire pour ses enfants, sa famille, mais sans épanouissement personnel.

Je préfère, dans tous les cas, le travail de plateau : dans le théâtre, il y a cette espèce d’urgence, ce besoin permanent d’énergie. Alors qu’au cinéma il y a quelque chose de plus lent, d’attente entre les prises… 

  • Prépares-tu un TFE (Travail de Fin d’Etudes) ?

Je prépare un TFE sur le thème du génocide des amérindiens. J’ai décidé de traiter cela avec humour, je trouve que ça manque un peu dans le paysage. Je prends le point de vue des blancs, en les tournant en ridicule. On est 6 comédiennes et comédiens.

C’est un sujet fascinant, il y a eu cette année beaucoup de réflexions au parlement belge. Ils veulent rendre pénalisable le fait de nier le génocide rouandais par exemple, comme c’est déjà le cas pour la Shoah. Il y a beaucoup de débat aussi autour du génocide arménien. Les Etats-Unis sont globalement une nation vénérée, les jeunes y voyagent beaucoup, mangent et vivent américain, alors que c’est une nation qui se place en arbitre du monde. C’est aussi une nation avec une histoire pleine de violence, encore aujourd’hui. Bien sûr, je regarde des films américains, j’écoute de la musique américaine, mais le mode de pensée me pose parfois problème.

  • As-tu un conseil pour un futur élève ?

Le principal avantage du Cours Florent, bien sûr au-delà de l’apprentissage technique, ce sont les rencontres qu’on y fait. Les gens ici ce sont ceux avec qui je vais travailler en sortant. C’est une étuve, ça bouillonne, et les affinités se créent. En dehors de l’école on a pas cette opportunité, mêler cet aspect humain à l’artistique. On parle d’art, on partage l’art et on envisage de produire de l’art plus tard !

  • Y a-t-il une œuvre marquante que tu souhaites partager ?

J’ai été voir il y a deux ans l’Exo-conférence d’Alexandre Astier. C’est un modèle artistique pour moi. Il a un univers tellement large ! Les humoristes aujourd’hui s’appuient tellement sur du banal, du quotidien… Lui arrive à employer des thèmes savants et à en faire quelque chose de tellement drôle ! Comme dans son spectacle sur Bach : ce spectacle est éminemment scientifique et à mourir de rire. C’est ce que je respecte chez lui ! Il est réalisateur, scénariste, dialogiste, acteur principal, il compose la musique ! Un grand artiste !

.

Découvrez d'autres portraits

Stagiaire

Portrait d'Ugo Stoppa

Ugo Stoppa a 17 ans, son plus grand rêve est d’intégrer le monde du cinéma en tant qu’acte (...)

Stage de théatre en anglais à Montpellier

Stagiaire

Margaux Montérémal

Grande voyageuse, Margaux a un parcours atypique. Après des études de droit, un CAP pâtiss (...)

Stage de théâtre au Cours Florent à Montpellier l'école de théâtre, d'acteur et de comédien

Stages de Toussaint

Stages Théâtre et de cinéma
Montpellier, Bordeaux
Inscrivez-vous en ligne

Stages de Toussaint

Théâtre et Impro pour Enfants et Ados
Paris, Bruxelles, Montpellier
Inscrivez-vous en ligne

Soirée d'informations

04
Octobre

Théâtre

À Paris

À 19h30

Je m'inscris

Soirée d'informations

11
Décembre

Musique

À Paris

À 19h00

Je m'inscris

Soirée d'informations

15
Janvier

Comédie Musicale

À Paris

À 19h30

Je m'inscris

Soirée d'informations

25
Septembre

Théâtre

À Bruxelles

À 19h00

Je m'inscris

Réunion d'informations

03
Décembre

Prise de Parole en Public

À Bruxelles

À 19h30

Je m'inscris